Maison de santé

Malgré les interprétations qui sont faites par certains élus majoritaires, nous ne sommes MSPévidemment pas contre une maison de santé à Lasseube (nous avions porté ce projet lors de la campagne des municipales de 2014), mais nous souhaitons simplement être associés plus profondément à la réflexion sur ce projet. Et, il est vrai, que quand l’occasion nous en ai donnée, nous tentons d’avoir des réponses aux questions que nous nous posons. C’était tout le sens de la réunion à huis clos que nous avons réclamée et obtenue !
Cette réunion, qui s’est tenue le 2 novembre dernier, n’a pas été inutile et a permis aux 19 élus d’avoir le même niveau d’informations ; ce qui n’était pas le cas jusqu’alors !
Lors du Conseil municipal qui a précédé, même si nous avons bien compris l’explication technique du couplage financier des projets « Pourtau » et « Bascourret », nous avons voté contre la demande de prêt bancaire pour une seule et simple raison : marquer encore et toujours notre opposition à l’implantation du Centre d’Incendie et de Secours sur la parcelle Pourtau (pour des raisons liées à la non sécurisation de son accès).

Cette explication étant faite, pour la énième fois, nous ne pouvons que vous inviter à participer à la réunion publique initiée par la majorité ce mardi 8 novembre à 20:30 à la Maison pour tous.

Il est vraisemblable que cette Maison de santé ne puisse pas se créer sans le soutien financier de la Commune. Pour quels objectifs ? Sous quelle forme ? Qui est le porteur de projet ? Pour quel montant ? Quelles seront les conséquences sur les autres projets de la Commune et  sur son fonctionnement habituel ?
Toutes ces questions seront posées et débattues le 8 novembre : venez nombreuses et nombreux.

Dans notre revue de presse, vous retrouverez les articles relatifs aux deux dernières réunions du Conseil municipal.

Cohérence

Le conseil municipal de rentrée a été presque consensuel si ce n’est deux projets qui ont ont suscité des votes contre, … mais pas forcément venant de la minorité !

En cohérence avec notre opposition connue à l’implantation du Centre de secours sur la Parcelle Pourtau, nous avons voté contre le choix des entreprises pour la viabilisation et l’aménagement de cette parcelle.
Depuis deux ans, nous avons alerté sur le lieu et le surcoût de cette implantation et sur l’accès non sécurisé; mais nos arguments n’ont pas porté : les travaux devraient débuter incessamment sous peu.

 

photo_mare_vricher
Crédit photo : Virginie Richer pour Pyrénées-Presse

Nous avons voté pour une convention entre la mairie, l’école et le collège pour la réalisation d’une mare pédagogique par les élèves de Cycle 3 (CM2 et 6ème), à proximité immédiate du collège et de l’école, sur un terrain communal.
Avec la majorité, nous nous sommes interrogés sur la sécurité et la responsabilité de la commune, mais avons voté pour ce projet pédagogique où les élèves pourront expérimenter avec leurs professeurs.
Si Lasseube n’est pas dépourvu de biodiversité et d’endroits propices à l’observation de celle-ci, aucun lieu naturel à proximité ne peut leur permettre l’expérimentation en respectant l’encadrement et les contraintes sécuritaires liées à l’Éducation Nationale.

Alors que l’aménagement de la parcelle Pourtau et son accès mal sécurisé viennent d’être votés pour un coût premier de 200 000 euros, que des élus majoritaires montent sur leurs grands chevaux pour dénoncer dans ce simple trou d’eau une « dépense irresponsable » ne manque pas de sel !

Retrouvez les articles de la presse locale sur cette réunion du Conseil municipal dans notre revue de presse

Désaccord de fond

P1020681Le Conseil municipal du 14 avril 2016 était principalement consacré aux comptes administratifs 2015 et aux budgets primitifs 2016.

Toutes nos questions budgétaires et comptables sur ces documents ont trouvé réponses lors de la commission des finances du 1er avril : ceci explique que nous avons posé très peu de questions lors de la réunion du Conseil.

Néanmoins, depuis l’an dernier et les abandons de projets de la majorité qui ont coûté plusieurs dizaines de milliers d’euros en frais d’étude et achats de terrains, nous réclamons des réunions régulières de la commission des finances pour avoir des temps d’échange sur les finances lasseuboises. Malgré nos demandes répétées, cette commission ne s’est pas réunie entre le 9 avril 2015 et le 1er avril 2016 !

Sur la section de fonctionnement du budget communal (c’est à dire, pour résumer, sur les charges courantes, les frais de personnel, les subventions, les impôts locaux et dotations), nous ne sommes pas d’accord avec toutes les décisions, mais globalement, les économies ont été faites sur les chapitres budgétaires. Des économies sont encore possibles sur l’énergie, les carburants et la téléphonie. Une fois que celles-ci auront été faites, nous ne pourrons pas en faire beaucoup plus. Nous resterons vigilants à ce que les associations et le personnel ne soient pas les variables d’ajustement.

Nous avons attiré l’attention de la majorité sur notre épargne qui diminue fortement.
Nous savons qu’un budget prévisionnel est souvent « pessimiste », mais si celui voté hier soir est exécuté au centime prêt, nous verrons notre capacité d’autofinancement (CAF) nette diminuer et passer de + 88 504 euros en 2015 à – 2 835 euros en 2016 .
Cette épargne négative* s’explique par, effectivement, une baisse de 19 678 euros de dotations de l’État et par un emprunt à court terme que nous devrons rembourser en 2016, ce qui entraîne une augmentation de remboursement d’emprunt de 81%.
La CAF est un des indicateurs principaux pour l’analyse financière d’une collectivité et ce n’est jamais bon signe pour une commune de ne plus réussir à dégager d’épargne, donc concrètement de ne plus pouvoir investir sans avoir recours à encore plus d’emprunt.
Nous ne sommes pas contre l’emprunt a priori, encore faut-il que les investissements à réaliser avec cet emprunt soient partagés et indiscutables.

* Monsieur Madéo, conseiller municipal en charge des finances, trouve pour cette année encore une épargne légèrement positive. Dès que nous aurons comparé nos méthodes de calcul, nous vous ferons part du résultat.
Quoiqu’il en soit, que cette épargne soit légèrement négative ou légèrement positive, nous sommes d’accord pour dire que l’exercice 2017 va être compliqué ; mais pas encore d’accord sur les actions à mettre en place.

Ce qui nous amène aux deux investissements à venir dont nous ne partageons pas le même niveau d’enthousiasme que la majorité.

Parcelle Pourtau
Cela ne surprendra personne : nous n’avons pas changé d’avis sur son aménagement.
Nous avons à nouveau réclamé de voir l’engagement écrit de la nouvelle gouvernance du SDIS et du Département sur le calendrier et le financement du futur Centre d’Incendie et de Secours de Lasseube ; car nous craignons (à tort peut-être) que l’accès à cette parcelle ne mène à une friche des années durant … (accès budgété en 2016 à hauteur de 265 500 euros pour 83 000 euros de subventions).

Parcelle Bascourret
Nous sommes également plus que réservés sur l’achat de cette parcelle pour 100 000 euros.
Ce nouvel achat de parcelle en vue d’y installer une maison de santé ne nous semble pas une priorité tant que nous n’avons pas une vision plus claire et des certitudes sur ce qu’il pourra s’y faire.
Notre réserve ne concerne évidemment pas le fond du projet (maintenir une offre de santé de haute qualité à Lasseube, que nous avions mis en avant lors des élections du printemps 2014) mais la forme (lieu d’implantation, opacité des discussions, …) : nous souhaitons que soit étudiée la possibilité d’investir dans du bâti existant et inoccupé à ce jour au cœur du bourg, et être associés aux discussions avec les professionnels de santé, la Communauté de Communes et l’Agence Régionale de Santé.

Notre vote « contre » ce budget n’est pas une posture d’opposition, mais le reflet d’un désaccord majeur sur la vision du Maire et de son équipe de l’aménagement du bourg et le dépérissement du cœur de la commune que cela engendrera.

Pour des raisons de transparence, nous avons demandé à ce que le budget et le compte administratif soient mis en ligne sur le site Internet de la Commune.
Nous avons appris que la majorité municipale invite tous les Lasseubois à une réunion publique le vendredi 22 avril à 20h30 à la Maison pour Tous pour évoquer tous ces sujets. Nous ne pouvons que vous inviter à y venir nombreuses et nombreux pour vous informer des projets de la majorité et poser toutes vos questions.

****

Règles de vivre ensemble (qui n’ont rien à voir avec ce qui précède).

En fin de réunion, suite à l’interpellation de Lasseubois, nous avons demandé au Maire qu’il fasse un rappel à la loi dans la prochaine lettre mensuelle et sur le site Internet de la Mairie.
En effet, les bruits de voisinage sont de la compétence du Maire en vertu de l’article L. 2212-2- 2° du Code général des collectivités territoriales. Les aboiements intempestifs de chiens font partie de ces bruits de voisinage.
L’article R.1334-31 du Code de la Santé Publique précise «
 aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé, qu’une personne en soit elle-même à l’origine ou que ce soit par l’intermédiaire d’une personne, d’une chose dont elle a la garde ou d’un animal placé sous sa responsabilité. »
Les propriétaires de chiens (qui aboient à longueur de journée) risquent d’être condamnés à une amende de 450 euros, sur le fondement de l’article R 1337-7 du Code de la Santé Publique, ainsi qu’à des dommages et intérêts pour le préjudice subi (article 1385 du Code civil). Et cela peut aller jusqu’à la confiscation de l’animal.
Avant d’en arriver là, des solutions existent comme des colliers anti-aboiement ou des cours de dressage.
Il en va des bonnes relations de voisinage, de la santé publique et tout simplement des règles élémentaires du vivre-ensemble.

La Républiques des Pyrénées et Sud-Ouest