La population augmente, mais …

Fin 2016, nous apprenions par l’INSEE que Lasseube avait gagné 108 habitants entre 2009 et 2014 (+6,43% en 5 ans), avec une population officielle de 1788 habitants en 2014.

JpegCette augmentation significative ne permet toutefois pas d’assurer un maintien satisfaisant de notre bureau de Poste comme nous l’ont appris les responsables lors du dernier Conseil municipal de 2016 (le 15 décembre).
En effet, alors que l’engagement de la Poste d’ouvrir 14,5 heures par semaine sur la période 2014/2016 n’a pas été tenu, il est demandé au Conseil municipal d’approuver une ouverture de 12 heures par semaine (aucune garantie là encore que cet engagement soit tenu).
Cette permanence de 2 heures par jour du lundi au samedi sera assurée par un facteur-guichetier.
Évidemment, les membres du Conseil municipal (en tout cas, ceux de la minorité) n’ont pas eu accès au rapport formalisé de la Poste présenté au Maire le 3 novembre et les usagers n’ont pas leur mot à dire !
Le débat fort intéressant engagé avec les responsables de la Poste a semblé agacer certains membres de la majorité pour qui discussions et questionnements sont toujours perte de temps. Et pourtant, sur certains dossiers, si les discussions et questionnements avaient eu lieu en amont, la Commune n’aurait peut-être pas dépensé plus de 100 000 euros en pure perte !
Cette réorganisation du bureau de Poste devait être mis en place à la rentrée de septembre 2017 avec une ouverture proposée par la Poste de 10h00 à 12h00.
Nous demandons que ces horaires soient discutés avec les élus et avec les commerçants et la population qui restent les usagers de cet établissement.

Avec près de 1800 habitants, Lasseube reste la seconde commune en terme d’habitants de la nouvelle Communauté de Communes du Pays d’Oloron et des Vallées du Haut-Béarn.
Les 77 conseillers communautaires de cette nouvelle intercommunalité regroupant les anciennes du Piémont oloronais et des Vallées d’Aspe, du Barétous et de Josbaig, ont élu le nouvel exécutif ce samedi 7 janvier.
Et malgré notre position démographique, Lasseube n’est plus représentée par un vice-Président, mais simplement par un conseiller délégué à la communication.
Nous notons néanmoins qu’Aimé Soumet, maire de Lasseubetat et président du SIVOM qui « gère » la MARPA des Baïses, a été élu 7ème vice-Président chargé du développement social.
Comme nous en avons fait part au Président Lacrampe, notre souhait pour la seconde partie de cette mandature est que la communication interne de cette nouvelle intercommunalité s’améliore très largement. Trop souvent, durant la première partie de la mandature, des projets étaient découverts à l’occasion du vote des délibérations, sans avoir été présentés en commissions. Avec ce plus vaste territoire et un nombre très (trop ?) conséquent d’élus communautaires, la transparence la plus totale devra être recherchée.

Pour clore ce billet de rentrée, nous vous souhaitons à chacune et à chacun, une belle et heureuse année 2017 et nous espérons, en cette année électorale, que les soubresauts du Monde et les oiseaux de mauvais augure n’éloignent pas notre Pays de ses valeurs de tolérance, de partage et d’humanité.

Publicités

Vers une grande intercommunalité

Deux points majeurs à l’ordre du jour de la réunion du Conseil municipal du 19 novembre dernier :
* le dépôt du permis d’aménager la parcelle Pourtau ;
* la fusion des intercommunalités

Cette réunion a failli être consensuelle.
Au chapitre des économies de fonctionnement, nous avons approuvé la mise en place d’une coupure nocturne de l’éclairage public afin de réaliser des économies substantielles (de l’ordre de 50%) comme nous l’avions proposé dans notre programme en 2014.
Dans un an, nous ferons le bilan financier de cette expérience et étudierons la possibilité de nous fournir en électricité issue d’énergies renouvelables (pour un tarif à peine plus élevé).

Le seul point qui a amené une opposition de notre part est l’implantation de la nouvelle caserne des pompiers dans la parcelle Pourtau.
Nous devions voter l’autorisation de déposer le permis d’aménager cette parcelle.

Est-il raisonnable de construire une caserne d’intervention et de secours dans un secteur à sécuriser et dédié aux sports et aux loisirs, et à proximité d’établissements scolaires ?
Le chemin d’accès et la viabilisation de la parcelle tels qu’ils sont à l’étude actuellement nécessiteront 500 000 d’euros TTC d’investissement, avant même l’implantation du moindre bâtiment !
D’autres parcelles en bordure de routes, donc pouvant être accessibles pour un coût beaucoup moins élevé, auraient dû être envisagées, comme nous l’avons proposé.
De plus, cet aménagement n’a toujours pas fait l’étude d’un plan de financement. Alors que le permis d’aménager va être déposé, nous ne savons toujours pas comment la commune va le financer. Même si nous ne réclamons pas un budget à la dizaine d’euros, il nous semble important de savoir quel type d’emprunt est envisagé, quelle annuité de remboursement est supportable par le budget communal et quelles subventions sont espérées.
La commune se lance donc à nouveau dans un projet sans visibilité financière pour l’ensemble des Lasseubois ; en tout cas cette visibilité n’a pas été partagée avec l’ensemble des conseillers municipaux.

carteUne grande partie de ce conseil municipal a été consacrée à l’agrandissement éventuel de notre intercommunalité.
Dans le cadre de la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), l’État envisage de regrouper les Communautés de communes du Piémont Oloronais, du Barétous, de Jospaig, d’Aspe et d’Ossau en une seule Communauté de Communes du Haut-Béarn.
Les élus et les services de ces différents communautés de communes travaillent actuellement aux conséquences organisationnelles, financières et fiscales de cette fusion.
En parallèle, un projet de territoire (au travers des compétences actuellement déléguées par les communes à chacune de ces intercommunalités) est en cours de rédaction. L’histoire et les réalités de chaque territoire font que ce ne sont pas forcément les mêmes compétences qui sont déléguées (par exemples : les communes de la Vallée du Josbaig ont délégué la compétence scolaire alors que celles de la Vallée d’Aspe ont délégué la compétence santé ; la CCPO n’a aucune de ces deux compétences).
Cette fusion devant intervenir au 1er janvier 2017, au printemps 2016, les conseil municipaux des 67 communes devront approuver (ou non) la fusion.
En attendant, les élus lasseubois ont exprimé leur souhait de voir la fiscalité maîtrisée sur ce nouvel ensemble et la difficulté à se projeter dans un avenir proche mais incertain quant aux conséquences de cette fusion.
Nous pensons que cette fusion est souhaitable (amélioration des services rendus à la population et économies d’échelle à moyen terme notamment) mais qu’elle ne pourra se faire dans des conditions acceptables que si elle est partagée par l’ensemble des intercommunalités actuelles.
Or, la presse et les ateliers auxquels nous avons participé, nous font penser que le délai d’un an est un peu court, et qu’il y a encore énormément de travail pour définir et fédérer autour de cette communauté de destin.

Lire le compte-rendu de Sud-Ouest

Reg’art

Marc Oxibar, Vice-président de la CCPO en charge de la vie culturelle, Image
Aimé Soumet, Vice-président de la CCPO en charge de la vie sociale
ainsi que les services petite enfance, spectacle vivant et lecture publique ont présenté le programme de la seconde édition de « Reg’art ».

Retrouvez le programme complet de la seconde édition de cette semaine dédiée à l’éveil culturel et artistique du tout-petit en cliquant ici