Quand la minorité demande des comptes !

Dessin de Deligne paru dans La Croix le 30/09/2014
Dessin de Deligne paru dans La Croix le 30/09/2014

Jeudi 12 mars, le Conseil municipal s’est réuni pour voter plusieurs décisions (voir l’ordre du jour).
Comme souvent, « 
les discussions du Conseil municipal se ponctuent souvent par un vote précipité«  (voir ci-dessous) « et une décision qui va à l’encontre de nos propositions«  (la demande de Dotation d’Équipement des Territoires Ruraux pour la création de deux logements au presbytère prouve que notre proposition de faire de ce bâtiment patrimonial un lieu identifié et identifiable autour de la vie sociale du village n’a même pas été étudiée).

« Notre position de groupe minoritaire nous met dans une situation inconfortable, mais classique et que toutes les minorités connaissent : manque d’informations, mise à l’écart, avec un handicap majeur, celui de n’être que très rarement sollicités« .
Ce qui fait que nous avons découvert la veille du Conseil municipal, en commission des finances, que la situation financière de la commune s’était fortement dégradée en 2014.
En effet, la majorité a été obligée de contracter un emprunt de 150 000 euros pour couvrir des travaux d’investissement prévus sur le budget primitif 2014 (toit de l’école …) ou prévisibles (curage du canal) et d’autres travaux (voirie communale, réserves incendie, élagage …)
Que certains travaux aient dépassé le montant prévu, c’est un fait (le canal a mérité un enrochement); mais nous voulons savoir pourquoi, dès le mois de mars 2015, la commune est contrainte d’engager un emprunt (sur 15 ans pour des annualités de 11 370,25 euros, avec des intérêts totaux de 20 555,32 euros) pour des travaux qui, somme toute, ne sont que des travaux d’entretien pour la plupart.
Nous avons demandé que la commission des finances se réunisse en urgence pour étudier ligne par ligne le compte administratif 2014 et voir où les dépenses ont « dérapé » et où les recettes auraient été moins importantes que prévues.

Voilà des semaines que nous réclamons de savoir à combien s’élève notre capacité d’investissement et qu’un véritable travail de prospective financière soit mis en place.
Nous avons évidemment voté contre cet emprunt imprévu, car nous n’avons aucunement été associé au travail en amont qui aurait permis de comprendre pourquoi la commune en est arrivée là.
Comment la majorité pourra porter ses nombreux projets (accès à la nouvelle caserne des pompiers, aménagement de la parcelle Pourtau, agrandissement de la salle polyvalente, création de logements dans le presbytère …) dans ces conditions ?
Certes, les dotations de l’État en 2014 ont baissé de 8 000 euros à Lasseube (pour une baisse nationale annoncée de 4,5 milliards d’euros).
L’État a annoncé pour 2015, 2016 et 2017 une baisse de 11 milliards d’euros chaque année pour les collectivités (soit environ 20 000 euros par an de baisse pour Lasseube).

Nous espérons que la majorité répondra à notre demande d’être associés de manière plus approfondie à l’étude des comptes de la commune.
Si la situation n’est pas pas désespérée, elle peut être grave et mérite que toutes les bonnes volontés participent au nécessaire travail budgétaire et financier (et pas seulement lors d’une seule réunion annuelle de la commission des finances pour préparer le budget primitif) !

« Nous souhaitons fortement être entendus dans notre volonté de travailler en bonne intelligence« .

PS : nous avons également réclamé un travail de gestion prévisionnelle des emplois et compétences (pour appréhender au mieux les besoins en ressources humaines de la commune).
Nous reviendrons dans un prochain article sur la convention qui va unir la commune, l’Université de Pau et l’Inspection académique autour de Pierre Bourdieu.

NB : les phrases indiquées en gras et entre guillemets sont des extraits de la tribune parue dans le bulletin municipal de Lasseube de janvier 2010; tribune du « groupe des élus de la minorité municipale » qui était mené, alors, par Jean-Louis Valiani et dont faisaient partie Joëlle Fabre, Patrick Portatiu et Serge Guilhem (membres aujourd’hui de la majorité).
Quand nous reprenons en 2014 et 2015 les mêmes propos, nous sommes taxés d’élus d’opposition.
Monsieur le Maire, vous avez été élu minoritaire entre 2008 et 2010, vous comprendrez donc notre demande d’être mieux associés aux travaux des commissions et du Conseil municipal !

les compte-rendus de Sud-Ouest et La République des Pyrénées

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s